Les nombreuses façons dont la NBA a adopté les paris sportifs légaux

Le commissaire de la NBA, Adam Silver, a plaidé en faveur d’une expansion des paris sportifs réglementés aux États-Unis près de quatre ans avant qu’une décision de la Cour suprême en mai 2018 ne fasse du nouveau paysage une réalité. Les paris sportifs légaux sont désormais en ligne dans 15 États et sont en croissance.

Pendant tout ce temps jusqu’à la décision, la NBA aux côtés de la Major League Baseball et de la NCAA, entre autres, a demandé à plusieurs reprises l’application judiciaire de la loi fédérale (PASPA) qui avait interdit les paris sportifs à part entière en dehors du Nevada. Et un sénateur américain qui a coparrainé PASPA? L’ancien garde / attaquant des Knicks de New York, Bill Bradley, qui a ensuite dénoncé la décision de 2018; « Ayant été un athlète, je n’aime pas être considéré comme un jeton de roulette », a déclaré Bradley.

En effet, la relation de la NBA avec les paris sportifs a radicalement changé ces dernières années. Avec la fin de la saison 2019-2020 mardi soir, au milieu de la controverse en cours entre la NBA et la Chine, nous avons pensé que c’était le bon moment pour jeter un coup d’œil à ce que la NBA a fait en réaction aux paris sportifs légaux sur le cours des 20 derniers mois. Dans aucun ordre particulier:

NBA et paris sportifs en 2019 et au-delà

Adam Silver. (Crédit: Kyle Terada-USA TODAY Sports)

1. Les files d’attente doivent être signalées 30 minutes avant le pourboire

La NBA en septembre a approuvé un changement de règle qui oblige les équipes à soumettre les alignements de départ 30 minutes avant le début du match, sauf exception pour blessure.

Cette décision est clairement un signe d’assentiment vers la capitalisation des paris sportifs, car les informations partagées sur la carte de programmation permettront aux parieurs de prendre des décisions plus éclairées beaucoup plus longtemps avant le pourboire. En d’autres termes, cela augmentera l’activité de paris. Auparavant, les équipes devaient remettre les cartes d’alignement seulement 10 minutes avant le pourboire. Ce mouvement est unique en ce qu’il affecte directement les joueurs et les entraîneurs.

2. Tarification trimestre par trimestre

En décembre 2018, l’Association a annoncé le déploiement de l’option de tarification trimestre par trimestre sur le NBA League Pass. L’annonce se lit (en partie) comme suit:

L’offre sera disponible sur NBA.com et l’application NBA, et via les distributeurs NBA League Pass participants tels que le service de streaming B / R Live de Turner.

Les options de tarification trimestre par trimestre sont les suivantes:

  • Partie unique: 6,99 $
  • Fin de 1st Trimestre: 4,99 $
  • Fin de 2Dakota du Nord Trimestre: 2,99 $
  • Fin de 3rd Trimestre: 1,99 $

NBA Digital développe également une option pour permettre aux fans d’acheter 10 minutes d’accès au jeu en temps réel. Les détails concernant le lancement futur de cette offre seront annoncés à une date ultérieure.

Le forfait de 10 minutes est maintenant disponible pour 0,99 $, ce qui permet aux gens de se connecter à tout le contenu disponible pour les abonnés de League Pass pour les 10 prochaines minutes en temps réel. Selon vous, qui est le public cible d’une telle offre? En effet.

3. Création d’un fil «données officielles de la ligue»

En novembre 2018, peu après le début de la saison NBA 2018-2019, la ligue a annoncé ses premiers partenariats de données de paris sportifs aux États-Unis.

« A partir de cette saison NBA, Sportradar et Genius Sports auront les droits non exclusifs de distribuer les données officielles des paris NBA aux opérateurs de paris sportifs agréés aux Etats-Unis », a écrit la NBA dans un communiqué. De nombreux paris sportifs ont précédemment obtenu des données «non officielles» via Sportradar, c’est-à-dire les mêmes données collectées sans l’imprimatur de la NBA.

La NBA suit deux voies pour s’assurer que le plus grand nombre possible d’opérateurs de paris sportifs aux États-Unis achètent le flux, par accord privé, commercial ou par la loi; la ligue fait un lobbying agressif pour que la loi oblige les États à ce que les opérateurs agréés par l’État achètent les données de paris sportifs à leurs tiers, sous prétexte de garantir l’intégrité des paris. Un enchaînement pour:

4. Les «frais d’intégrité» alias «redevance»

La NBA, aux côtés de la Major League Baseball et du PGA Tour, a été à l’avant-garde du lobbying pour le mandat susmentionné de «données officielles de la ligue» et une «redevance», auparavant connue sous le nom de «frais d’intégrité», également appelée «compensation».

À l’origine, la NBA recherchait une baisse de 1% de tous les paris, et a ensuite réduit la demande à 0,25%.

Silver et ses camarades ont fait valoir que sa ligue mérite une compensation, tout simplement parce que la ligue met en place et investit dans la production de ses jeux, parce que «les paris sportifs n’existeraient pas» sinon pour les jeux.

Pour la plupart, Dan Spillane, vice-président senior de la NBA de la gouvernance et des politiques de la Ligue, a été le porte-parole de la NBA, témoignant lors d’auditions dans des maisons d’État à travers le pays, et à ce stade, il se repose probablement avant que la tournée de témoignages se poursuive au sommet de la 2020.

Jusqu’à présent, aucune juridiction n’a adopté de loi exigeant le paiement d’une «redevance», mais les lois du Tennessee et de l’Illinois incluaient un mandat de données.

5. «Opérateurs de jeux autorisés»

Plusieurs opérateurs nationaux de paris sportifs, dont FanDuel, sont devenus des «opérateurs de jeux autorisés» (AGO) de la NBA, «grâce à un accord pluriannuel axé sur le marketing et les données officielles des ligues», comme le rapportait ESPN en décembre 2018.

Plus tôt, MGM Resorts International, opérateur de BetMGM, est devenu le «  partenaire de jeu officiel  » de la NBA en juillet 2018 dans le cadre d’un accord lui permettant d’accéder au flux de données officiel, entre autres, pour environ 25 millions de dollars sur trois ans. De même, The Stars Group (maintenant d / b / a / FOXBet) a signé en décembre 2018 (conditions non divulguées) en tant qu’AGO.

La NBA aimerait avoir tous les paris sportifs légaux sous cette tente.

6. Ce qui se passe à Vegas: une «redevance», d’une manière ou d’une autre

Alors que la pression nationale pour une «redevance» s’est révélée infructueuse jusqu’à présent, la NBA (et la MLB) en mai a informé (ou exigé, selon votre position) que certains paris sportifs du Nevada paient un forfait forfaitaire «non divulgué et supplémentaire pour un ensemble de séries éliminatoires». jeux, ou se faire couper « du flux de données, en plein milieu des séries éliminatoires de la NBA, comme nous l’avons signalé à l’époque.

Ou s’il ne s’agit pas d’un forfait, la NBA ainsi que les responsables de la MLB ont informé certains paris sportifs qu’ils devraient payer une «redevance» de 0,25% sur tous les paris en échange d’un accès (continu) au flux officiel nouvellement créé.

Cette demande a été variable en fonction de la taille de l’opérateur, et dans certains cas, selon des sources, la demande a été réduite à 0,25% des mises en jeu, contre un quart pour tous les paris. L’Associated Press a rapporté en juillet:

« Les frais que nous facturons pour cet ensemble de droits, et encore une fois, ce ne sont pas seulement pour les données, ils sont relatifs à la taille de l’entreprise de l’opérateur », a déclaré Kenny Gersh, vice-président exécutif des jeux et des nouvelles entreprises de MLB. « Donc, nous n’allons pas facturer à quelqu’un qui est un petit opérateur la même chose qu’à quelqu’un qui est un grand opérateur. »

Bien que la NBA et la MLB aient emprunté des voies de monétisation similaires, les détails complets des négociations des ligues respectives ne sont pas connus du public en détail.

7. Paris sportifs virtuels

En juin, la ligue a annoncé qu’elle lancerait «NBA Last 90», un jeu de paris sportifs virtuel qui mettra en vedette les meilleurs moments de la NBA et des images officielles. L’annonce a été faite en partenariat avec l’association des joueurs de la ligue.

Selon ESPN, le jeu sera disponible sur les marchés américain et européen, et David Purdum l’a décrit de cette façon: Highlight Games Limited «assemble les faits saillants des dernières saisons pour raconter une histoire de ce qui se passe pendant les 90 secondes. Les concurrents pourront parier sur plusieurs résultats, y compris l’équipe qui gagnera, qui marquera sur la première possession et le total des points marqués par les deux équipes. Un générateur de nombres aléatoires, similaire à celui utilisé dans les machines à sous, déterminera les résultats. « 

8. Un livre de sport physique arrive dans une arène de la NBA

Comme vous l’avez peut-être entendu, un véritable livre de sport arrive bientôt dans une installation de la NBA (et de la LNH) – Capital One Arena – domicile des Wizards de Washington, ainsi que des Capitals de Washington et des Mystics de Washington de la WNBA. Le Conseil de Washington D.C.a légalisé les paris sportifs dans les arènes sportives en janvier 2019.

Le bookmaker William Hill et Monumental Sports & Entertainment (le propriétaire des équipes) construiront ce premier livre de sport physique dans un complexe sportif professionnel américain. Dans le cadre de ce partenariat, William Hill deviendra le partenaire de paris sportifs exclusif des trois équipes de Washington.

L’installation de paris sportifs comprendra plusieurs étages et sera ouverte tous les jours de l’année. Le livre de sport contiendra une offre de restauration et de boissons à service complet et restera ouvert les jours sans événement où aucun événement sportif en direct n’a lieu.

Tout un revirement depuis mai 2018, alors que la NBA plaidait toujours en faveur de PASPA.