Paris sportifs comme investissement

Gagner de l’argent en pariant sur le sport

La plupart des gens pensent que les paris sportifs consistent à trouver des «choses sûres», mais en réalité, ces «verrous» ne sont rien de plus que la fantaisie des joueurs. Tout comme dans l’immobilier, les devises, les actions ou tout autre marché spéculatif, les «choses sûres» n’existent tout simplement pas. En tant que parieur sportif professionnel, mon objectif est de trouver et d’exploiter de nombreux petits bords sur une longue période de temps pour gagner un retour composé. Gagner 55% des jeux est très important, et avec un pari très conservateur, vous pouvez augmenter votre rendement très rapidement. Investir 10 000 $ sur le marché boursier pendant un an et gagner un rendement de 10% est considéré comme un excellent investissement – mais votre rendement en remportant un modeste 54% de vos paris sportifs serait supérieur à ce rendement.

Mes choix ont produit un rendement ajusté du risque beaucoup plus élevé que le marché boursier. De toute évidence, la variation d’une saison à l’autre est formidable, mais comme toute personne ayant investi des sommes importantes en actions ou en immobilier en 2008 peut vous le dire, de telles fluctuations ne se limitent pas au sport. À long terme, mon avantage dans ce que je fais est bien supérieur à celui que vous pourriez espérer gagner sur tout autre marché spéculatif.

Jus, et la puissance de 55%

Même si la plupart des parieurs sportifs sont des perdants à part entière (dans leur ensemble, les parieurs ne gagnent en moyenne que 48% de leurs paris – moins qu’ils ne s’attendent à gagner s’ils retournent une pièce pour chaque match), leurs pertes sont aggravé par le fait que la maison prend une coupe de gains, également connu sous le nom de «jus» ou «vig.» La plupart des livres de sport facturent une commission de 10% sur les victoires, ce qui signifie qu’un parieur doit réellement gagner 52,4% de ses jeux juste pour atteindre le seuil de rentabilité. (Pariant 100 $ par match, un parieur perd 100 $ avec une perte et gagne 90,91 $ avec une victoire, il doit donc aller 11-10 (11/21 = 52,38%) pour atteindre le seuil de rentabilité).

Afin de battre le jus et de gagner dans les paris sportifs, un parieur doit utiliser une approche disciplinée dans son analyse de chaque match en utilisant des méthodes qui se sont avérées efficaces à long terme. Je discute de mes modèles mathématiques et de mesureurs analytiques dans mon essai sur les méthodes de handicap, mais vous devez vous rendre compte que seuls les handicapés les plus compétents et les plus compétents peuvent gagner plus de 52,4% de leurs jeux. Dans son article de deux pages de 2007 sur mon succès en handicap, le Wall Street Journal écrivait: «… moins de 100 personnes peuvent survivre (taux de gain de 55%) au fil du temps. La plupart d’entre eux appartiennent à des syndicats de paris professionnels qui embauchent des équipes de statisticiens, misent des millions chaque semaine et gardent leurs opérations secrètes. »

Touts prétendent souvent être en mesure d’atteindre 60% ou plus, mais comme je l’explique dans mon essai sur la probabilité bayésienne, quiconque vous dit que son pourcentage de gain attendu à long terme est supérieur à 60% se fait des illusions. Il y a dix ans ou plus, un handicapeur acharné pourrait gagner environ 60% à long terme, mais ces jours sont révolus, car les fabricants de cotes sont devenus plus avertis au cours de la dernière décennie. Pour qu’un parieur revendique un pourcentage de gain attendu à long terme supérieur à 60%, cela signifierait que Vegas devrait systématiquement libérer des lignes avec des erreurs flagrantes, et cela n’arrive tout simplement pas assez souvent de nos jours pour les réclamations supérieures à 60%. pourcentage de gain attendu à long terme. Tout taux de gain à court terme d’environ 60% ou plus est simplement dû à une chance aveugle à court terme. Par exemple, l’année dernière (2016) lors de la première saison en utilisant un nouveau modèle play-by-play de la NFL, les équipes du meilleur pari de la NFL du Dr Bob Sports étaient incroyables 66-26 (71,7%), mais ce record a été amélioré en gagnant un très grand pourcentage de matchs serrés (31-12 sur les meilleurs paris décidés par 7 points ou moins) plutôt que de diviser les matchs serrés. Cela aurait quand même été une excellente saison sur les côtés du meilleur pari de la NFL (62%) si les matchs serrés avaient été de 50%, mais je ne peux toujours pas m’attendre à ce que le nouveau modèle gagne 60% -plus sur les équipes basées sur cette seule saison le modèle play-by-play a été contre-testé auprès de 56% de gagnants très rentables.

J’entends souvent des joueurs amateurs affirmer à tort que gagner 55% des jeux n’est pas encore suffisant pour battre le jus. Comme démontré ci-dessus, un parieur n’a besoin que de gagner 52,4% pour atteindre le seuil de rentabilité, et un parieur de 55% sera très rentable à long terme s’il poursuit une stratégie optimale de gestion de l’argent.

Bien sûr, comme dans tout jeu de hasard, il y a une variabilité dans les résultats réels et ce n’est pas parce que vous avez gagné 55% dans le passé et que vous vous attendez à gagner 55% à l’avenir que vous allez gagner 55% cette saison à venir. Il y a des écarts dans les paris sportifs, comme il y en a dans la plupart des investissements, et je calcule l’écart-type pour déterminer combien de mon bankroll je peux parier en toute sécurité sur chaque match pendant la saison pour tenir compte des oscillations négatives potentielles tout en ayant très peu de chances d’épuisement ma bankroll. J’ai largement quantifié la variance qui existe dans les paris sportifs, et j’utilise des formules mathématiques pour dicter le montant optimal exact à investir afin de maximiser le rapport bénéfices / variance.

Mon pourcentage à long terme sur les meilleurs paris universitaires de football est de 56% (1290-1017-40 sur 29 ans) et le nouveau modèle de jeu par match de la NFL était de 100-69 (59,2%) en 2016. Cependant, malgré un total combiné de 148- 107 (58,0%) sur Football Best Bets, collège et NFL, en 2016, je continuerai à utiliser 55% de gagnants comme objectif réaliste à l’avenir. Si je m’attends à 55% sur 200 meilleurs paris sur le football (j’en avais 255 l’année dernière, ce qui était plus élevé que prévu), le bénéfice attendu à -110 cotes serait de 200 x (0,55 – (1,1 x 0,45), soit +11,0 unités ( ou +22,0 étoiles si mon meilleur pari moyen est évalué à 2 étoiles.) Le critère de Kelly recommande une mise de 3,4% de votre bankroll pour une mise avec 55% de chances de gagner et une cote de -110. Cependant, la formule de Kelly suppose les paris séquentiels et les paris sportifs impliquent généralement des paris simultanés, ce qui explique en partie l’utilisation d’une fraction de Kelly complète pour réduire le risque. Si je joue 2,0% de ma bankroll initiale par pari, ou 1,0% par étoile, (c’est-à-dire les paris plats) puis mon rendement attendu pendant la saison de football (5 mois) est de 22,0%. Ajuster votre bankroll après chaque semaine plutôt que des paris plats augmentera votre rendement attendu, comme expliqué dans la section simulation KC de ma section gestion de l’argent.

Une saison de basket-ball avec 53,5% de gagnants (mon pourcentage de carrière est de 53,9%) sur 500 paris donnerait en moyenne +11,75 unités ((500 * 0,535) – (500 * 0,465) * 1,1), ou +23,5 étoiles si ma moyenne Le meilleur pari est classé 2 étoiles. L’utilisation d’un 1,6% de bankroll conservateur par pari (le plein Kelly à 53,5% à -110 cotes est de 2,35% du bankroll), soit 0,8% par étoile, se traduit par un rendement attendu de 18,8%. Donc, malgré un pourcentage de victoires global plus faible et une taille de mise moyenne plus petite, la valeur d’une mise de basket-ball d’une saison est assez comparable à une saison de football, car il y a tellement plus de meilleurs paris dans la saison de basket-ball.

Le service NBA Guru Basketball a obtenu des rendements encore plus élevés au cours des 5 saisons que le Guru a été avec le Dr Bob Sports. Le NBA Guru a un record incroyable de 647-532-20 (54,9%) sur ses meilleurs paris sur 5 saisons et 1366-1118-41 sur une base étoile pour +136,0 étoiles (avec un supplément de -0,2 pour le jus ajouté), ce qui soit une moyenne de +27,2 étoiles par saison. Vous pouvez risquer plus de votre bankroll par partie avec le NBA Guru car il a un pourcentage de victoires plus élevé et moins de parties. Je recommande 2,0% de votre bankroll par jeu, ou 1,0% par étoile sur les meilleurs paris de NBA Guru.

Gestion de l’argent

La gestion de l’argent est aussi essentielle pour un investisseur sportif que la sélection des gagnants. J’ai consacré de nombreuses heures d’analyse et de calcul minutieux à des systèmes de gestion de l’argent optimaux, que j’ai soigneusement décrits dans mes articles sur la gestion de l’argent. Les paris sportifs présentent un risque plus élevé (volatilité plus élevée et écart type de rendement) que les actions, mais entraînent également un rendement plus élevé si vous suivez un handicapeur gagnant à long terme (dont il y en a très peu).

Les articles de My Money Management décrivent comment ajuster la taille de vos paris en fonction de vos objectifs (rendement attendu vs probabilité de rendements positifs), la durée de votre investissement (une saison ou plusieurs), votre préférence de croissance (plate ou composée), votre tolérance au risque (élevée ou faible) et la proportion de votre bankroll globale constituée par les paris sportifs.

Il est toujours préférable de fixer des attentes prudentes pour éviter les paris excessifs.

Prise en compte du coût de mon service

Le coût de mon service de football universitaire est de 895 $, le coût du service NFL est de 995 $ (1595 $ pour les deux services), mon service de basket-ball est de 895 $ (2195 $ pour tous les services de football et de basket-ball du Dr Bob) et l’abonnement NBA Guru est bien vaut les 1495 $ compte tenu de sa rentabilité (3 295 $ pour tout le football et le basket-ball, y compris le gourou de la NBA). Vous devez prendre en compte ce coût lors du calcul de votre retour sur investissement (ROI) attendu. Comme expliqué ci-dessus, gagner 55% sur les meilleurs paris de football et 53,5% sur mes meilleurs paris de basket-ball donnerait un bénéfice attendu de +45,5 étoiles et supposons que le NBA Guru profite également de +27,2 étoiles (il est en moyenne de +27,2 étoiles par saison) . Supposons que vous décidiez de jouer 1,0% de votre bankroll initiale par étoile sur les meilleurs paris de football et les meilleurs paris de NBA Guru et 0,8% par étoile sur les meilleurs paris de basket-ball, comme dans l’exemple ci-dessus. Cela aurait un rendement total attendu de 68,0% par an basé sur les paris plats en utilisant votre bankroll initiale. L’utilisation d’une stratégie de paris optimale, comme expliqué dans la section sur la gestion avancée de l’argent, produirait des rendements à long terme encore plus élevés tout en protégeant le risque de baisse dans les saisons de variance négative inévitables qui affligent même les meilleurs handicapés à long terme.

Si vous aviez 20000 $ que vous pouviez vous permettre de risquer confortablement alors que votre bankroll de paris sportifs et 3295 $ allaient payer pour tous les services de football et de basket-ball, alors il vous resterait 16705 $ pour les paris. Comme expliqué ci-dessus, le rendement attendu des services combinés Dr Bob Football et Basketball et NBA Guru Basketball est de + 68,0% par an (en utilisant une approche de paris plats moins optimale), ce qui se traduirait par un bénéfice de mise de retour de +113559 $ sur le initial financer. Le bénéfice global, après prise en compte du coût des services, serait de 8 064 $ ((16 705 $ x 0,68) – 3 295 $ = + 8 064 $), ce qui représente un très bon rendement attendu de 40,3% sur vos 20000 $. Ce pourcentage de rendement est plus élevé pour des fonds plus élevés et plus bas pour des fonds plus bas, car le coût du service devient un pourcentage plus faible de fonds plus élevés et un pourcentage plus élevé de fonds plus petits. Si vous souhaitez vous abonner au forfait tout football et tout basket-ball, vous auriez besoin d’un total d’au moins 4 846 $ à investir pour vous attendre à un retour positif après prise en compte du coût du service. Les calculs ci-dessus sont basés sur des résultats attendus basés sur des enregistrements à long terme et certaines années sont meilleures et certaines années sont pires.

Qu’est-ce qu’un écart de points?

Avant de me plonger dans des explications rigoureuses sur la façon dont un parieur peut gagner un avantage contre l’écart de points, il est important de comprendre ce que l’écart représente réellement. Les écarts de points ont été inventés pour garder les parieurs intéressés par les matchs entre équipes de différents niveaux de talent – si une puissance pérenne comme l’Alabama joue avec une équipe de niveau intermédiaire comme South Alabama, vous trouverez très peu de gens prêts à parier sur quelle équipe gagnera le match. puisque Bama serait un favori tellement prohibitif. Cependant, la plupart sont prêts à parier sur le fait que l’Alabama «couvrira l’écart de points» et gagnera par un certain nombre de points. Si l’écart de points est de 21,5, la marée cramoisie doit gagner de 22 points ou plus pour que son côté du pari soit couvert, tandis que l’Alabama du Sud doit soit gagner directement ou perdre de 21 points ou moins pour couvrir son côté. Les écarts de points sont conçus de manière à ce que la probabilité de chaque résultat soit à peu près égale, et sont généralement définis de manière à se rapprocher de l’écart de score médian entre les deux équipes sur le site donné du match.

Cependant, une perception biaisée du public, une analyse axée sur les résultats et des mesures non fiables entraînent des écarts de points souvent biaisés d’une manière ou d’une autre. Bien que le parieur occasionnel ne possède pas la capacité d’exploiter ces avantages, j’ai utilisé des modèles mathématiques, une analyse de la situation, des tendances significatives et une analyse quantitative des joueurs qui sont beaucoup plus complexes et précises que toute autre chose sur le marché pour obtenir un avantage, c’est pourquoi J’ai gagné 53% à 56% de mes meilleurs paris (selon le sport) au cours des 29 dernières années.

Comment sont définies les lignes?

Bien que les cotes fassent pour essayer d’approcher la marge médiane de victoire entre deux équipes, elles essaient également de réduire leur exposition au risque en établissant des lignes telles que l’argent public tombera uniformément des deux côtés d’un match, afin qu’ils puissent compenser le parient les uns contre les autres et réalisent un profit sur le jus (coupure des gains prise par la maison, expliquée ci-dessous) sans s’exposer à des pertes potentielles importantes. Ainsi, les fabricants de cotes sont souvent chargés d’évaluer la perception du public plutôt que les performances de l’équipe, et par conséquent, le public des paris définit réellement la ligne. Ces dernières années, le public des paris a eu moins d’influence sur les cotes que les syndicats de paris professionnels ou l’argent tranchant, mais il y a encore de la valeur à trouver – bien que de manières différentes de celles des décennies précédentes. Si la Géorgie est meilleure de 4 points que Georgia Tech selon mes mesures et analyses avancées, mais la perception globale du public est que la Géorgie est meilleure de 7 points que Georgia Tech, alors l’écart de points affiché est susceptible d’être plus proche de 6 ou 7 points (public perception) que ce ne sera à 4 points (la différence réaliste entre les équipes). Cela rend mon travail de handicapeur professionnel beaucoup moins intimidant; non seulement je peux exploiter des lignes où les cotes sont désactivées, mais je peux également exploiter les opinions uniformes du grand public des paris, et plus récemment profiter des syndicats de paris et des «  quants  » qui s’appuient de plus en plus sur des algorithmes mais peuvent ignorer certains de la valeur cachée dans les changements dans le personnel ou les alignements d’équipe et dans le match particulier entre deux équipes.

Le jeu n’est-il pas risqué?

Je ne pense pas que le terme « jeu » s’applique à ce que je fais. Je vends des informations aux abonnés, avec lesquelles ils peuvent prendre des positions d’attente positives sur des marchés incertains. Avec une optimisation financière et une gestion des fonds propres correctes, les risques à long terme sont nominaux par rapport aux risques d’investissement sur d’autres marchés plus conventionnels. Tout comme une seule action peut augmenter ou diminuer en une journée, n’importe quelle équipe peut gagner ou perdre une partie donnée. Mais tant que l’investisseur maintient une perspective à long terme, comprend la variance et ne se prolonge pas ou ne parie pas plus qu’il ne peut facilement gérer, le risque peut être fortement atténué et il peut gagner un rendement ajusté au risque très attractif.

Partagez ceci